Faut il se réjouir du boom des drones ?

Un franc succès. Noël 2014 devrait voir exploser les ventes de drones. Les fabricants se frottent les mains, l'institut NPD Group confirme qu'en France le marché a démarré en trombe et aux Etats-Unis, Amazon vendrait 10 000 appareils chaque mois. Bref passage en revue des possibles répercussions, petites et grandes, réjouissantes ou inquiétantes, que la dronomia annoncée pourrait bien induire.

Drone

1/ Des embouteillages aériens en vue le 25 décembre

Première conséquence de la prolifération de drones de Noël : un embouteillage de petits quadricoptères le 25 décembre au-dessus des parcs, jardins et des terrains de sport accessibles au public. Le principal risque lié à cette prise de contact tient moins aux collisions éventuelles qu'aux pertes de drones, certains ayant choisi de se percher tout en haut d'un arbre, d'autres de se volatiliser dans la nature. Un seul conseil aux néophytes; allez-y avec tact.

2/ Tous cinéastes

A condition d'avoir acquis un minimum de savoir-faire, un drone permet de réaliser des images totalement inédites de son environnement habituel. Filmer ou photographier sa maison, les réunions de famille ou ses randonnées vues du ciel. Ensuite, il faudra apprendre à réaliser des montages-vidéo et gérer des tonnes de photos. Revers de la médaille : le spectre du retour des soirées diapos. On vous aura prévenu.

3/ Des incidents inévitables

Sans céder au catastrophisme, il faut s'attendre mécaniquement à ce que la multiplication des drones engendre des incidents, voire des accidents. Aux Etats-Unis, l'aviation civile a recensé pour le seul mois de novembre une croissance de 40% des incidents impliquant ce type d'appareil. En France, il y eut des alertes (un drone en goguette sur l'aéroport de Montpellier, des vidéastes venus filmer des opérations de sauvetage de l'équipage d'un cargo à Anglet, sans parler des survols de centrales…) mais rien de grave. Jusqu'à présent. On ne saurait trop recommander la lecture du document réalisé par la DGAC à destination des amateurs de drones.

4/ Le marketing qui vole bas

Certaines sociétés de service, inspirées par le buzz réalisé par Amazon avec ses projets de livraison par la voie des airs, ont commencé à faire joujou avec des drones, livrant des pizzas à domicile (en Russie) ou des plats à l'intérieur d'un restaurant (à Singapour) quitte à blesser une photographe, comme ce fut le cas à New-York. A Sao Paulo, des multicoptéres se sont transformés en supports publicitaires aériens. Avec l'intérêt croissant du public pour les drones, il faut s'attendre à voir croître et embellir les opérations de communication plus ou moins ridicules. Cela posé, vu l'accumulation des retards d'acheminement de certaines commandes de Noël, on se prend parfois à regretter qu'Amazon ne puisse pas déjà mettre en oeuvre ses opérations de livraison par drone.5/ De haletantes courses de drones

Ras le bol des grand prix de F1 soporifiques ? Allez voir sur la Toile des vidéos de courses de drones. C'est autrement plus excitant. Bientôt, seront organisées des compétitions officielles mettant aux prises des pilotes experts es-vol en immersion dans des lieux sécurisés, au cours desquelles tous les coups sont permis. Un remake des poursuites forestières dans la Guerre des Etoiles. Spectaculaire.

6/ La fête des voisins

Le voyeur utilisant un drone pour espionner ses voisins et tout savoir sur leur existence tient – largement - du fantasme. Notamment parce qu'un appareil doté de quatre hélices bourdonnantes est tout sauf furtif. Cela posé, faire voler un drone au-dessus de son propre jardin peut permettre de découvrir inopinément que son voisin s'est fait construire une piscine flambant-neuve. Voila une façon sympathique d'engager la conversation la prochaine fois que vous le croiserez. Car le drone peut aussi créer du lien avec le voisinage. Pour la bonne raison que, si vous n'y prenez garde, il vous faudra aller plus souvent qu'à votre tour sonner à la porte d'à côté pour demander, penaud, de récupérer votre petit quadricoptère qui vous aura malencontreusement échappé au dessus de la haie.

7/ L'ère de la maréchaussée volante

Il n'y a pas que les particuliers qui vont faire le succès des drones. Les forces de l'ordre, elles aussi, voient grimper leur taux d'équipement. Des expérimentations ont déjà été lancées pour organiser la surveillance de manifestations (sportives mais pas seulement). Par ailleurs, des projets sont en cours pour mener des opérations de surveillance des routes (y compris des contrôles-radar) à partir de drones. A bon entendeur...

8/ Des avocats sur la brèche

La dronomania va donner du grain à moudre aux professions juridiques. Quelques conflits de voisinage, sans doute. Mais aussi des question d'interprétation de la réglementation. Sans oublier la problématique, devenue particulièrement sensible, du survol des zones proches des centrales nucléaires ou des aéroports voire des zones urbaines ou des réserves naturelles. Ce n'est pas un hasard si certains avocats ont commencé à ce spécialiser sur ces questions.

9/ Amis paranos, bonjour

Il en est qui voient déja des drones partout. A l'image du club de Manchester United qui envisage de faire appel à une société spécialisée chargée de traquer les observateurs venus du ciel. Louis Van Gal, le coach néerlandais de MU, redoute que des équipes concurrentes utilisent ce moyen pour épier les schémas tactiques mis en place lors des entraînements d'avant-match. Quant aux célébrités, elles vont se croire traquées en permanence. On a même - injustement - accusé un drone d'avoir opéré à l'intérieur de l'Elysée pour les besoins de la presse people. Reste que le paparazzo doit considérer le concept de l'appareil photo volant avec un certain intérêt...10/ In fine, la Grosse Bertha

Au pire, si la prolifération d'engins volants devenait vraiment un problème, une solution pourrait se dessiner pour mettre le holà aux engins vraiment indésirables. L'US Navy vient tout juste d'annoncer avoir mis au point un canon laser capable d'abattre des cibles mouvantes. Y compris un drone de taille respectable.

Source

Drone Provence (http://www.drone-provence.fr) est une société professionnelle intervenant sur toute la France, notamment AIX EN PROVENCE, MARSEILLE, AUBAGNE, TOULON, Gardanne, Trets, Fuveau, Auriol, Saint Maximin, bouches du Rhone, Var, Vaucluse

Drone Provence (http://www.drone-provence.fr) réalise toutes les démarches nécessaires auprès de la DGAC pour obtenir les autorisations spécifiques à la réalisation des activités particulières, remplit toutes Les obligations administratives et de niveau de formation pour les télépilotes des drones et le matériel utilisé est homologué et conforme aux normes de sécurité actuelles.

drones drones marseille drone aix en provence drone marseille